Elections régionales des 6 et 13 décembre 2015

Publié le par Europe Ecologie-Les Verts Hautes-Pyrénées

Romain Pagnoux en premier de cordée

Elections régionales - EELV

Yves Carrié, Izabelle Thinot, Clémentine Marsalet et Robert Tamburello entourent Romain Pagnoux, le leader de la liste Hautes-Pyrénées d'Europe Ecologie-Les Verts./Photo Rachel Barranco.

Le champion d'escalade tiendra la tête de liste départementale d'Europe Ecologie-Les Verts pour les prochaines régionales, avec l'ambition de montrer la voie.

Le propre des champions, c'est d'être présent lors des grands rendez-vous, mais parfois d'être là où on ne les attend pas. Qui aurait imaginé Romain Pagnoux, médaillé de bronze aux championnats du monde d'escalade, se lancer dans la course aux régionales ? Certes, il est amoureux de la nature en général et de la montagne en particulier, et pour cause, mais il a aussi fait des études sur la gestion des fonds européens, qu'il a appliquées à la Commission européenne, puis au sein de l'Eurorégion Pyrénées-Méditerranée, et maintenant pour le compte du département. «On peut penser que mon évolution est une régression», s'amuse le jeune homme de 28 ans, «mais je suis parti du global pour arriver au local, au plus près des gens. Les fonds européens, c'est 3 milliards d'euros sur 3 ans, c'est un levier important pour réaliser la transition écologique. Je peux apporter mon expertise en la matière.»

Transition écologique, c'est aussi le fondement de l'engagement d'Izabelle Thinot, éducatrice spécialisée, qui a déjà connu les joies de l'engagement (législatives 2012, départementales 2015) et qui persévère : «Il faut une politique plus juste pour mieux vive sur une terre que nous partageons». Une phrase que partage Yves Carrié , l'élu d'Aureilhan a fait de l'écologie un combat depuis longtemps (toujours ?), notamment au niveau du barrage de l'Ousse. Et c'est dans le Louron que Clémentine Marsalet, autre candidate, mène le sien, sur le plan associatif essentiellement, même si elle a été candidate aux cantonales en 2011. «C'est une liste ouverte, poursuit Romain Pagnoux, d'ailleurs, on vient d'y accueillir à l'instant Robert Tamburello, qui adhère à notre cause. Nous sommes en discussion avec d'autres partis de gauche, des régionalistes aussi, on ne s'interdit rien, pour peu que les candidats soient en phase avec notre projet.» Qui compte plusieurs volets, l'écologie bien sûr, avec une refonte des transports, la lutte contre la désertification des zones rurales, sans toutefois oublier l'économie. «C'est essentiel, mais au travers du prisme écolo, en privilégiant l'économie sociale et solidaire, l'agriculture de proximité et les circuits courts, en mettant en place une transition touristique pour aller au-delà de la simple consommation, en y intégrant la culture, le patrimoine, la biodiversité.» Ambitieux ? Certes, mais réaliste, Romain Pagnoux connaît les bonnes voies…

Christian Vignes (ladepeche.fr, 25-6-15).

Publié dans Région

Commenter cet article