Europe Ecologie : comment on continue

Publié le par Les Verts Hautes-Pyrénées

« Europe Ecologie on continue ! »


C'est le message principal à retenir


 

Avec 2 échéances majeures :


1) La préparation du sommet mondial de Copenhague contre le réchauffement climatique en décembre prochain.

 

Les écologistes feront leurs propositions sur le projet de taxe carbone du gouvernement.. Mais surtout, ils mobiliseront les citoyens pour faire de cette conférence des chefs d'Etat un moment de débat démocratique de toute la société sur le modèle de consommation, de production et d'échanges à mettre en place, et la façon de le faire afin de limiter l'impact social du réchauffement .


2) La préparation des élections régionales de mars 2010.


 

« Europe écologie » déclinera au niveau régional ses propositions européennes en construisant des listes ouvertes et autonomes au 1er tour. L'ambition est de faire de nos propositions le centre du débat régional.

Pour cela, nous entendons structurer un vaste mouvement qui dépasse le parti des Verts en promouvant de nouvelles formes d'engagement politique. Ceci sans pour autant négliger le rôle et les contraintes d'un parti dans le cadre du jeu politique représentatif.


Localement cela signifie :

-Une rencontre avec nos électeurs : nous leur proposons un pique-nique le 14 juillet à 12h au Vallon du Salut à Bagnères de Bigorre : amenez de quoi manger et discutons librement et informellement des suites à donner à ce score du 7 juin.


- Une Assemblée Générale départementale d'Europe Ecologie à la rentrée de septembre pour mettre en place notre fonctionnement local, présenter nos orientations programmatiques, notre porte-parole régional, et valider nos candidats à la candidature pour les régionales.


Nous nous situons dans une démarche de rassemblement : rassemblement d'abord des écologistes, puis rassemblement d'une majorité pour gouverner les régions, le pays et l'Union européenne.

Dans cette optique nous récusons ce que Robert Hue appelle, avec raison, la « doxa mortifère » de la « gauche de la gauche » qui consiste à pratiquer la suspicion permanente à l'encontre de son propre camp. Quand « l'Humanité » par exemple titre le 6 juillet « Cohn-Bendit soutient Fillon », c'est pour suggérer « Cohn-Bendit est d'accord avec Fillon »...ce qui est évidemment faux ! Le nom de Fillon n'a été cité (en 8 ou 9e position) que pour suggérer qu' existait un meilleur choix possible que José Manuel Barroso...même à Droite, comme futur président de la Commission européenne !

Il faut arrêter avec ce genre de procédé qui divise inutilement (et artificiellement) ceux qui ont l'habitude de se retrouver ensemble lors de diverses mobilisations.

 

Publié dans département

Commenter cet article