Taxe carbone : non au bal des hypocrites

Publié le par Les Verts Hautes-Pyrénées

Communiqué n°13-09 du 5 septembre 2009 :

Contribution Climat Energie ou taxe carbone : non au bal des hypocrites

 

Les adversaires de principe de cette Contribution ne répondent en rien aux enjeux qui sont à son origine : désamorcer la bombe climatique en réduisant vite et massivement nos émissions de gaz à effet de serre.


Il y a cependant deux conditions à cela :


-Que cet impôt constitue réellement une incitation à faire évoluer notre mode de vie et de consommation.


-Qu’il soit équitablement réparti.


Cela signifie concrètement qu’il a vocation à voir son produit décroître dans le temps : au fur et à mesure que le mode de consommation des Français évolue dans le bon sens. Il ne peut donc par exemple remplacer la taxe professionnelle ou un autre impôt à vocation pérenne.


Cela signifie aussi que son produit doit être intégralement utilisé pour aider ceux qui en ont le plus besoin à faire évoluer leur consommation. Cet impôt doit être redistributif pour faire reculer les inégalités. Le chèque vert qui doit en être la contrepartie doit aller à ceux qui en subiraient un réel préjudice parce que leur pouvoir d'achat est déjà trop faible et que leurs besoins de déplacement sont vitaux.


La polémique démagogique créée par certains dirigeants de Gauche comme de Droite obscurcit les enjeux au lieu de placer en pleine lumière la nécessité absolue de désamorcer la bombe climatique au plus vite.

L'urgence est là : c'est dans les 3 mois qui viennent que risque de se jouer notre avenir à tous.

Si les gouvernements du monde ne trouvent pas un accord à Copenhague en décembre pour réduire massivement nos émissions de gaz à effet de serre, l'objectif de limiter le réchauffement à 2°C d'ici 2050 ne sera pas atteint. Or, on sait déjà qu'au-delà de ce seuil, l'emballement du changement climatique sera catastrophique.... et sans attendre 2050 !

Dans l'immédiat, la crise sociale se renforce : les suppressions d'emplois se poursuivent et la fameuse « relance » se fait attendre.

Un investissement public massif pour créer les vrais emplois de l'avenir, s'appuyant sur un changement radical de nos modes de vie pour sortir de la société de consommation et des dépendances qu'elle nous a créé : c'est cela la vraie « politique de civilisation » !

Publié dans politique nationale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article