Barrages sur l'Adour : fermons le robinet des dépenses inutiles !

Publié le par Europe Ecologie-Les Verts Hautes-Pyrénées

Barrages sur l’Adour : fermons le robinet des dépenses inutiles !

Communiqué

Depuis 2010 et la nouvelle Loi sur l’eau, de nouveaux barrages-réservoirs ont été demandés dans le Sud-Ouest par les irrigants. Ces exigences ont été confortées par le Gouvernement qui a publié en mars 2012 l’inventaire de la dizaine d’ouvrages envisagés … bien qu’il ait fait savoir qu’il se désengageait de leur financement. Une enquête publique sur l’agrandissement du barrage de Sère-Rustaing a d’ores et déjà eu lieu. Face à l’ineptie que représente ce programme, alertée par les militants EELV du Gers et des Hautes-Pyrénées, Catherine Grèze, Députée européenne du Sud-Ouest, a décidé d’interpeller la Commission européenne.

« Avec un coût de 100 millions d’euros pour le seul Bassin de l’Adour, ce programme est totalement disproportionné alors que le Bassin est déjà suréquipé d’une trentaine de grands barrages-réservoirs. Est-il seulement nécessaire ? On sait que Les situations de sécheresse pourraient être résolues par différentes mesures : une plus juste répartition de la ressource entre les usagers, le développement de méthodes d’agronomie novatrices (couverts permanents, paillis…), le choix de variétés adaptées aux ressources hydriques locales, la création de petits réservoirs déconnectés, respectant les cours d’eau. »

« Ce programme ignore totalement la Directive européenne cadre sur l’eau puisque rien n’a été prévu pour atténuer les nombreuses incidences négatives de ces barrages-réservoirs sur l’environnement ! Rappelons que le fleuve Adour et ses affluents disposent de grandes zones classées Natura 2000 pour la biodiversité qu’ils abritent ! »

 

 

Catherine Grèze, Députée européenne du Sud-Ouest

Henri Chavarot, EELV Gers

Yves Carrié, EELV Hautes-Pyrénées

Interpellation de la Commission européenne

En 2010, l’Institution Adour a annoncé de nouveaux barrages-réservoirs d’eau dans le Sud-Ouest de la France. En mars 2012, une mission interministérielle a publié l’inventaire des ouvrages envisageables et au mois de juin de la même année, une enquête publique sur l’agrandissement du barrage de Sère-Rustaing (Hautes-Pyrénées) avait déjà lieu. Pour rappel, le fleuve Adour et ses affluents disposent de grandes zones classées au titre de la Directive Habitats.

Ce programme ne respecte clairement pas la Directive cadre sur l’eau (2000/60/CE), notamment les conditions prévues à l’article 4.

Tout d’abord, aucune mesure pratique n’a été prise pour atténuer les nombreuses incidences négatives sur l’état de la masse d’eau de ce programme. Les lacs artificiels créés entraîneront : l’inversion du régime hydraulique (ponction des cours en hiver et augmentation des débits au printemps), la restitution aux cours d’eau de qualité dégradée (une eau stockée est une eau stagnante dont la qualité physico-chimique se dégrade), l’effet de chasse permanent impropre au maintien de populations de poissons, la perturbation de la morphologie du lit des cours d’eau, l’utilisation de quantités importants d’énergie pour réaliser les remplissages.

Par ailleurs, ce programme ne répond pas non plus à un intérêt général majeur. Il est d’abord disproportionné quant à son coût, puisqu’il s’élèverait à 100 millions d’euros pour le Bassin de l’Adour, sans compter les coûts de gestion futurs. Il n’est pas non plus nécessaire puisque le bassin hydrographique de l’Adour est déjà doté – voire suréquipé – d’une trentaine de barrages-réservoirs. Les situations de sécheresse pourraient être résolues par : une plus juste répartition de la ressource entre les usagers, le développement de méthodes d’agronomie novatrices (couverts permanents, paillis…), le choix de variétés adaptées aux ressources hydriques locales, la création de petits réservoirs déconnectés, respectant les cours d’eau.

-           La Commission européenne est-elle informée de ce programme de barrages ?

-           Comment la Commission européenne compte-t-elle faire appliquer la Directive cadre sur l’eau pour ces projets ?

Publié dans Europe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article