Candidatures écolos dans le canton Tarbes 3

Publié le par Europe Ecologie-Les Verts Hautes-Pyrénées

 

Le 22 mars dans le nouveau canton Tarbes 3 (Ormeau, Courteboule, Gespe , Préfecture, Solazur)

 

 

Le choix de l'écologie, avec Henri LOURDOU et Izabelle THINOT

remplaçants Guy TOURNERIE et Morgane CARRIÉ

 

Solidarité et égalité pour construire un avenir vivable

 

 

Solidarité

-Prévenir l'exclusion : par une compensation du retrait de l'Etat dans les politiques d'accompagnement des personnes en difficulté (jeunes en danger, personnes sans hébergement...)

-Une politique de prise en compte du handicap qui garantisse l'accès aux droits : mobilité,création de places dans les institutions spécialisées en nombre suffisant...

 

Égalité

-Même traitement pour tous : ni passe-droits, ni clientélisme dans l'attribution des aides avec une politique de communication élargie touchant tous les habitants du territoire et non-dépendante des élus.

 

Un avenir vivable

-Réduire nos déchets : par une consommation plus responsable et une collecte sélective renforcée (bacs dédiés aux bio-déchets pour ceux qui ne peuvent les composter), un tri plus poussé, davantage de recyclage et de réutilisation (installation définitive d'une recyclerie sur un site facilement accessible dans le Grand Tarbes, création de recycleries ailleurs), une tarification incitative (pesée des poubelles et taxe basée sur la composition des foyers).

-Economiser l'eau : par une politique non plus pilotée par une seule catégorie d'usagers (les irrigants) mais axée sur l'intérêt général.

-Préserver le commerce et les services de proximité : d'abord par une consommation plus réfléchie, mais aussi par le refus de la course aux nouveaux centres commerciaux de périphérie, générateurs d'embouteillages et de surconsommation, et destructeurs de la vie urbaine.

-Promouvoir des déplacements apaisés : par la promotion du vélo et de la marche à pied (pistes et bandes cyclables, rues et passages piétons) et des transports collectifs (tarifs, parcours et cadences plus incitatifs).

Nous tenons le même discours à tous les niveaux, avec toujours la même approche :

-En prenant les problèmes à la racine : tous nos problèmes relèvent d'une véritable crise de civilisation qui remet en cause notre mode de vie, celui de la société de consommation, qui est aussi une société de la pollution, du gaspillage, des inégalités croissantes et de l'apartheid mondial entre pays riches, en paix et vieillissants, et pays pauvres ou émergents, souvent touchés par des conflits et avec une forte population de jeunes.

Dans le Département, nous devons agir nous-mêmes pour changer les lignes des projets locaux, en termes de transports, d’aménagement, de gestion du social afin de construire une société locale résiliente, capable d'affronter les chocs qui se multiplient.

-En refusant la tentation facile des bouc-émissaires : spécialement quand il s'agit de stigmatiser les plus faibles (les étrangers sans-papiers, les Roms, les sans-emplois, les sans-logis...) dans une situation qui est complexe et nous implique tous.

-En affrontant la complexité des problèmes : notre monde est de plus en plus complexe, et les solutions à trouver le sont donc aussi. Elles demandent réflexion, débat et temps pour les traiter. Cela nécessite de résister à la dictature de l'urgence et de l'émotion imposée par la télévision, qui est aussi une dictature de l'oubli et de l'abandon de toute mémoire. Cela nécessite que les projets locaux soient d’abord portés à la connaissance du public et expliqués, et fassent l’objet chaque fois que nécessaire d’une véritable délibération publique, dans une démarche de renouvellement de la démocratie que le peuple n’accepte plus de voir limitée à donner un mandat pour six ans.

-En refusant la fausse proximité clientéliste : un élu n'a pas pour fonction de résoudre les problèmes individuels mais de traiter les problèmes collectifs en s'adressant au citoyen qui est en chacun-e. Par exemple, un conseiller de Tarbes aura à se prononcer sur les impasses auxquelles ont conduit les politiques passées dans la montagne, et à prendre en compte le patrimoine culturel.

 

Pour un nouveau conseil départemental porteur de nos valeurs :

Bien vivre ensemble a un coût , mais ça n'a pas de prix !

 

EELV et la majorité présidentielle :

Nous avons appelé en 2012 à voter pour François Hollande, car nous inscrivons notre action dans le cadre des institutions de la 5e République qui survalorisent l'élection présidentielle.

Comme la majorité de ses électeurs, nous avons été déçus par son action : renoncement à la réforme fiscale dès l'automne 2012, absence de volontarisme pour peser sur les politiques d'austérité imposées par l'Allemagne en Europe, orientations écologiques à minima, notamment sur la lutte contre le changement climatique.

Il est encore temps de sauver le quinquennat de François Hollande, en répondant aux attentes de ses électeurs de 2012; cela suppose la réorientation de la politique suivie.

Tel est aussi le sens d'un vote pour les candidats EELV.

 

 

Le 22 mars dans le nouveau canton Tarbes 3 (Ormeau, Courteboule, Gespe , Préfecture, Solazur)

Faites le choix de l'écologie, avec

Henri LOURDOU et Izabelle THINOT, Guy TOURNERIE et Morgane CARRIÉ.

Publié dans département

Commenter cet article