Contre la chasse aux sans-papiers

Publié le par Europe Ecologie-Les Verts Hautes-Pyrénées

 

Resf

Contre la chasse aux sans-papiers

Rassemblements de protestation tous les jeudi de 17h30 à 18h

devant la préfecture

Les arrestations avec envoi en centre de rétention voire expulsion de demandeurs d'asile déboutés se multiplient dans notre département : trois arrestations en quelques semaines dans des conditions révoltantes : « au faciès » pour l'un, à l'issue d'une démarche légale à la préfecture pour l'autre, à la sortie de l'école pour le troisième : C'est devant les yeux de ses enfants que Pavel Martirossian a été interpellé vendredi 7 octobre, alors qu'il les ramenait chez lui en voiture, sans avoir commis aucun délit, arrêté simplement parce que reconnu par un policier qui disposait des photos des personnes à qui l'asile a été refusé et qui ont reçu un « ordre de quitter le territoire français ».

La chasse est ouverte ! Fi des situations intenables de ces gens, dans l'impossibilité de revenir dans les pays qu'ils ont fui, persécutés, en danger de mort parfois ! Fi de « l'intérêt supérieur de l'enfant » inscrit dans nos lois ! Le but est l'expulsion, même si les jugements de recours administratifs ne sont pas encore prononcés. Il faut faire du chiffre : les déclarations du ministre et dernièrement du directeur de Office de l'immigration Arno Klarsfeld, sont claires : 30 000 reconduites à la frontière fixées par Claude Guéant, peu importe le sort qui les attend dans le pays où on les renvoie ! Avec « aiguillon sur les préfets » comme le revendique Klarsfeld, pour aiguiser leur zèle... "S'il n'y a pas de politique du chiffre, c'est-à-dire s'il n'y a pas d'aiguillon sur les préfets, c'est-à-dire si les préfets ne sont pas, disons, entre guillemets, emmerdés (sic) administrativement par leur hiérarchie, alors ils ne font pas le travail... » Celui des Hautes- Pyrénées, visiblement « fait le travail » … Ainsi le jeune Durim Kulla que nous avons soutenu, a finalement bien été expulsé, de façon ignoble, informé quelques minutes avant le vol pour qu'il ne puisse prévenir personne...

Les enfants, les jeunes adultes qui viennent chercher asile en France « pays des droits de l'homme » ont droit, comme tous les enfants ou jeunes du monde, à l'éducation, à la protection, à des conditions de vie qui « permettent leur développement physique, mental, spirituel, moral et social »

Articles 28 et 29 de la Convention relative aux droits de l'enfant,ratifiée par la France."Les Etats parties reconnaissent le droit de l'enfant à l'éducation. […] (Ils) conviennent que l'éducation de l'enfant doit viser à favoriser l'épanouissement de la personnalité de l'enfant et le développement de ses dons et de ses aptitudes mentales et physiques […] " /

Or, rejetés par notre pays, ilsne peuvent espérer que le retour à l'errance et aux persécutions qu'ils ont connues et qu'ils ont fuies, avec tous les dégâts que cela entraînerait sur la formation de leurs jeunes personnalités.

Laissons-les grandir ici ! Laissons leurs familles leur assurer un avenir décent sur notre sol, vivre et travailler ici, comme elles le souhaitent, faute de pouvoir le faire dans leurs pays d'origine !

Libérez M Martirossian afin qu'il puisse rejoindre sa famille et assurons-leur l'hospitalité qui est la seule attitude humaine digne d'un état démocratique ,



Le Réseau Education Sans Frontières 65

 

Alors qu'en début d'année, l'objectif fixé pour 2011 par son prédécesseur Brice Hortefeux avait été fixé à 28.000 reconduites à la frontièred'étrangers en situation irrégulière, Claude Guéanta décidé de le remonter à 30.000. "Pour l'instant, il semble que nous puissions atteindre cet objectif", a-t-il déclaré dans un entretien à l'AFP. "Sinous l'atteignons, ce sera le meilleur résultat que nous aurons historiquement enregistré", a souligné le ministre de l'Intérieur. "A ce jour, sur les sept premiers mois de l'année, nous avons reconduit 17.500 étrangers en situation irrégulière, soit 4% de plus que l'année dernière", a indiqué le ministre. De plus, "grâce aux instruments nouveaux que donne la Loi  immigration-intégration, avec notamment la prolongation de la durée de  rétention administrative, nous pouvons être plus efficaces",a-t-il assuré.

Publié dans département

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article