Ecotaxe : le renoncement de trop

Publié le par Europe Ecologie-Les Verts Hautes-Pyrénées

 

ECOTAXE : LE RENONCEMENT DE TROP

 

En choisissant de renoncer à l'application de l'écotaxe votée en 2009 pour faire plaisir à un lobby patronal breton engagé dans l'impasse du dumping fiscal, social et environnemental, le gouvernement commet une lourde erreur.

La faillite du "modèle breton" de production intensive pour l'exportation, symbolisée par la failite du volailler Doux, puis les problèmes de la filière porcine, appelle pourtant d'autres choix.

Les écologistes ne renonceront pas quant à eux à porter le choix d'une relocalisation des productions et des consommations par la promotion des circuits courts, et d'une alimentation saine et durable par la reconversion de l'agriculture aux productions maraîchères et végétales. Créons d'autres emplois en changeant de modèle !

 

 

 

L’écotaxe poids lourds est un moyen de favoriser les circuits courts et la production de proximité

  • Le réseau taxé représentera 1 % des routes avec 10 000 km du réseau national et 5000 km du réseau local. Le réseau ne proximité ne sera pas taxé privilégiant ainsi les circuits courts et la production locale, plutôt que les importations.

  • L’écotaxe poids lourds s’appliquera à tous les camions de + de 3,5 tonnes, y compris aux camions étrangers qui traversent la France.

 

  • L’écotaxe poids lourds a pour but de favoriser la transition vers des camions moins lourds et moins polluants

  • L’écotaxe ne concernera pas les petits transporteurs puisqu’elle s’applique aux camions à partir de 3,5 tonnes.

  • Son taux, calculé par kilomètre parcouru, varie en fonction du nombre d'essieux et du poids total autorisé en charge (PTAC).

  • Le taux est aussi modulé en fonction du niveau des émissions polluantes du véhicule : les véhicules les plus récents, répondant à des normes plus exigeantes sur la pollution, paieront une écotaxe moins élevée.

 

  • L’écotaxe poids lourds, ça marche !

  • Plusieurs pays européens ont déjà mis en place la taxe, dont : Allemagne, Autriche, Hongrie, Rép. Tchèque… Les premières études montrent dans ces pays une meilleure efficacité du transport routier ( par une rationalisation des tournées notamment et une baisse des trajets à vide) : le résultat est une réduction de 15% du kilométrage parcourus par les poids lourds.

 

  • SUR LA MISE EN OEUVRE DE L’ECOTAXE POIDS LOURDS

  • L’écotaxe poids lourds tient compte des réalités des régions périphériques

  • Plusieurs réductions d’écotaxe existent déjà :

    • -30 % en Aquitaine et en Midi-Pyrénées,

    • -50 % en Bretagne

L’écotaxe poids lourds ne pèsera que marginalement sur les coûts

  • Le montant de la taxe est en moyenne de 12 centimes d’euros/km (la directive Euro-vignette permet de fixer le montant à 17c/km). La conséquence sur le prix à la consommation est minime de l’ordre de +0,1% à +0,3%.

Le report ou l’annulation de l’écotaxe poids lourds seraient une catastrophe pour les finances publiques

  • Les infrastructures ecotaxe (portiques + système informatique) confiés par Jean-Louis Borloo à la société concessionnaire ECOMOUV’ ont déjà coûté 650 millions d’€.

  • Supprimer l’ écotaxe aurait pour conséquence de faire payer 800 millions d’€ aux Français en dédommagements de l’exploitant

Sur le cas particulier de la Bretagne :

  • TOUS les transports effectués en Bretagne bénéficient déjà d’1 abattement de 50 % sur le taux kilométrique de l’ ecotaxe poids lourds

  • Les 150 km de la RN 164, axe Est-Ouest principal de la Bretagne, ne font pas partie du réseau taxable #VERITÉCOTAXE

  • 4 % de l’ écotaxe sera prélevée en Bretagne, soit 42 millions par an. 13 % du produit de l’écotaxe, soit 135 millions par an, sera affecté à la réalisation d’infrastructures routières et ferroviaires bretonnes

  • Les véhicules agricoles sont exonérés de l’écotaxe poids lourds

  • Le transport du lait est exonéré de l’écotaxe poids lourds

 

Publié dans politique nationale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article