Patrimoine mondial du Mont Perdu

Publié le par Les Verts Hautes-Pyrénées

Après 5 rappels sévères de l'UNESCO,
« Pyrénées – Mont Perdu » risque le déclassement


Dans quelques jours, le festival de Gavarnie va démarrer pour la 25ème année consécutive. Cette édition nargue une fois de plus les membres du comité du patrimoine mondial qui se réunissent fin août à Brasilia,
pour étudier les biens à inscrire sur la liste du patrimoine mondial ou sur la liste des biens en péril. «Pyrénées – Mont Perdu » est le seul patrimoine naturel et culturel classé dans les Pyrénées. C’est aussi le seul site de ce type en France, basé à la fois sur un paysage naturel – cirques, canyons spectaculaires - et sur un paysage culturel – pastoralisme, liens Aragon-Occitanie.
Au lieu de valoriser cette richesse unique, les élus locaux s’entêtent à considérer qu’il ne faut rien changer à la gestion de ce territoire, malgré les 5 précédents rappels à l'ordre de l'UNESCO.

Aujourd'hui, des aménagements s’imposent :
- Déplacer, et non supprimer, le festival de Gavarnie selon l’engagement de la France lors de l’inscription,
- Concevoir un organisme transfrontalier pour coordonner la gestion du patrimoine.
Pour les élus d'Europe Ecologie, l'avenir du site doit se faire en perspective du projet de réserve de biosphère autour du Mont Perdu envisagé par le programme « l'Homme et la biosphère » de l’UNESCO, programme qui a pour objet d'associer, dans une approche unifiée, les préoccupations de protection de la nature et celles de développement des populations et économies locales.
Le mépris des élus concernés (collectivités territoriales, Etat) vis-à-vis de cette institution internationale est purement scandaleux et n'a que trop duré. Nous attendons d'eux qu'ils prennent enfin en compte les avis émis par le Comité du Patrimoine Mondial de l'UNESCO et ce au plus tôt avant que celui-ci ne prononce définitivement le déclassement du site. En effet, le processus de déclassement commencerait par une décision dite de "mise en péril" qui pourrait intervenir assez rapidement. Une absence de réaction de la
part des ces élus démontrerait qu'ils n'ont pas perçus les opportunités économiques, environnementales, culturelles et sociales d'un tel classement pour le territoire, ses habitants et les générations futures.


Guillaume Cros, pour les élus Europe Ecologie au Conseil régional Midi-Pyrénées
François Arcangeli, Président de la Commission Aménagement équilibré du territoire
Guillhem Latrubesse, Conseiller régional des Hautes-Pyrénées
Catherine Grèze, députée européenne Sud-Ouest
José Bové, député européen Sud-Ouest

Publié dans département

Commenter cet article