Présentation du mouvement "villes en transition"

Publié le par Europe Ecologie-Les Verts Hautes-Pyrénées

 

Présentation du mouvement "Villes en transition"

(Atelier animé par Thierry Caminel aux "journées de printemps" d'EELV Midi-Pyrénées,

Moissac, le 14 avril 2013.)

 

Projection du film anglais "In transition 2.0", (1h06mn) :

Petit résumé d'après mes notes : la démarche est décrite par des exemples à partir d'interviews, découpée en 4 étapes.

Etape 1 "Conscientisation"

Quartier de Moss Side : Joël fait du porte-à-porte, après le boulot, il a poussé 1420 portes pour constituer son groupe.

Village d'Amoreiras dans l'Alentejo victime de l'exode rural : enquête partcipative autour de la question "Quels sont vos rêves pour le village ?"

Dans le Devon, réunions sur le thème de "la transition intérieure".

Etape 2 "Organisation"

Ferme urbaine dans un quartier dégradé de Pittsburgh : un couple de jeunes artistes s'installe au milieu des pauvres et tisse des liens avec les jeunes désoeuvrés autour de la production de nourriture. Remarque générale : les projets d'alimentation locale sont toujours les premiers car ils nécessitent peu d'investissements.

Station de métro de Kilburn : mise en place de bacs de culture dans le mobilier urbain.

Etape 3 "Célébration"

Carnaval du "club des attrapeurs d'ordures"

Contre-exemple de l'échec du groupe de Lancaster en raison de conflits dans le groupe : retour sur la base émotionnelle de l'engagement. Réseau de soutien mutuel.

Etape 4 "Construction"

Dans le village de Monteveglio (5 000 h) en Italie les "transitionnels" ont pris le pouvoir municipal : ils engagent un projet de réduction de l'usage des énergies fossiles autour d'un programme financé par l'UE avec d'autres communes proches.

A Totnes dans le Devon, des groupes volontaires de voisins (6 à 10 personnes) se donnent des listes d'actions à faire entre deux réunions (56 groupes regroupent 468 foyers).

A Green Valley un commerce de proximité est sauvé par la constitution d'une coopérative financée et gérée collectivement (boulangerie)

Dans le quartier de Brixton à Londres : création d'une monnaie locale électronique

Dans le quartier de Lyttleton à Christchurch (Nle Zélande) touchée par 2 séismes successifs création d'une monnaie complémentaire locale sous la forme d'une banque du temps.

 

Discussion sur le film : Le mouvement "villes en transition" est issu d'une réflexion auto-critique des Verts anglais, constatant la difficulté à accrocher la population à la problématique écolo.

Pour éviter le catastrophisme débouchant sur le constat d'impuissance ou les analyses trop complexes, l'idée est de partir d'un constat simple pouvant déboucher sur une mobiisation personnelle.

Le "peak oil" est choisi car il est simple à expliquer, il touchera chacun et on peut donc poser la question : comment s'y adapter en faisant que ça puisse changer nos vies en mieux (P. Viveret parle de "transition vers des sociétés du bien-vivre"). La question posée par Tom Hopkins, professeur de permaculture à Totnes et initiateur du mouvement est de "sortir du catastrophisme" (mouvement antinucléaire) pour donner envie aux gens de se mobiliser : d'où le choix d'entrer par le "peak oil" et de parler de "résilience" plutôt que d'entrer par la catastrophe (qui ne permet pas vraiment la résilience).

Exemple d'Auch : réunions dans le cadre des "jeudi de l'écologie" : 30 personnes. Sur le mouvement "villes en transition" : 130 personnes (avril 2012). Lancement en cours d'une asso spécifique (indépendante d'EELV) : charte et statuts, 4-5 militants impliqués, première apparition lors du "festival de la vie rurale du pays d'Auch" avec 4 événements autour de l'avenir de l'agriculture.

 

PS : Autre exemple, Oloron Sainte-Marie: association créée fin janvier 2013, avec le soutien de la municipalité. A voir.

 

Publié dans Tarbes

Commenter cet article