Ségolène Royal et l'ours : un symptôme

Publié le par Europe Ecologie-Les Verts Hautes-Pyrénées

 

Ségolène Royale et l’'ours : un symptôme de l'état du pays.

Il est temps de nous soigner.

La communication de Ségolène Royale pour justifier sa décision de s’'opposer à la réintroduction d'’un ours dans le massif pyrénéen est symptomatique

Cette décision fait suite à une précédente qui autorisait les préfets de certains départements à signer des arrêtés autorisant la chasse au loup. Toujours le même argumentaire de la sauvegarde de l'’agriculture en danger.

Ces décisions nous amènent à exprimer les réflexions suivantes :

1°) notre pays est profondément malade  et notre société semble aujourd’hui dans l'’incapacité d'’évoluer; La cohabitation entre l’'activité humaine et le milieu naturel est possible dans tous les pays environnants mais pas chez nous ; la France est décidément un pays d'’exception qui sert des intérêts catégoriels et subit le lobbying de certaines minorités au détriment de l’'intérêt général.

2°) le pastoralisme, et plus largement l’'agriculture, seront condamnés tant qu’'ils chercheront des coupables et non des solutions à leurs problèmes. Il faut arrêter de chercher toujours et encore des causes exogènes à leurs difficultés économiques.

La politique du bouc émissaire est le symptôme d’'un grand sentiment d' impuissance.

Quand un ministre dit « c’'est la faute des ours ou des loups », c’'est la même démarche que celle de Marine Le Pen qui dit « c’'est la faute aux étrangers ». Quand il n’'y aura plus d’'ours, de loups, de rapaces, quand la biodiversité sera définitivement atteinte, et que les problèmes structurels de certaines formes d’'agriculture persisteront, ce sera de la faute à qui ? Quand on aura fermé nos frontières et expulsé les étrangers et que le chômage et la délinquance persisteront , ce sera la faute à qui ?

Il est temps de nous soigner collectivement en cherchant de vrais solutions tous ensemble, au lieu de passer notre temps à chercher des coupables à tout.

 

Publié dans politique nationale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article