Le "non" irlandais et l'avenir de l'Europe- 12 juin 2008

Publié le par Les Verts Hautes-Pyrénées

 

Communiqué :

« Non » au traité de Lisbonne,

mais « oui » à quoi ?

 

Ainsi les Irlandais viennent de voter « non » au traité dit simplifié, censé remplacer feu le « Traité constitutionnel européen » repoussé par les Français et les Néerlandais.

Bien sûr, en Irlande, comme aux Pays-Bas et en France en 2005, ce « non » regroupe des motivations et des projets totalement contradictoires.

D'un côté, une motivation nationaliste et souverainiste qui refuse la perspective d'une « maison commune » européenne, bâtie sur des lois européennes et des institutions supranationales.

De l'autre, une motivation internationaliste et fédéraliste qui revendique « plus et mieux d'Europe », avec des institutions plus démocratiques de niveau européen, notamment un renforcement des pouvoirs du Parlement européen et des consultations renforcées des citoyens.

Le paradoxe est que le traité de Lisbonne, avec ses insuffisances et ses imperfections, était un petit pas dans cette seconde direction.

Encore une fois, avec ce “non” irlandais, ce sont les égoïsmes nationaux et le dumping social et fiscal entre Etats européens qui risquent de sortir vainqueurs.

Dès l'an prochain, c’est en renouvelant le Parlement européen, que tous les citoyens européens pourront reprendre la main en votant massivement pour des candidats qui, comme les Verts, sont clairement engagés pour « plus et mieux d'Europe » : une Europe sociale, démocratique et écologique.

 

Publié dans Europe

Commenter cet article