A propos du projet d'UTV de Bordères sur l'Echez

Publié le par Europe Ecologie-Les Verts Hautes-Pyrénées

 

A propos du projet d'UTV de Bordères sur l'Echez

La politique départementale des déchets ménagers est à revoir !


Du producteur au consommateur, production, collecte, traitement et stockage des déchets sont indissociables.

Dans les Hautes-Pyrénées, que constatons- nous ?
-Tous les riverains actuels et potentiels : riverains de l'ISDND de Bénac atteints par des nuisances persistantes, riverains potentiels d'une future ISDND et de la future UTV ici en question, ... s'opposent vivement à ces installations de traitement.

- Le Conseil général, responsable du dossier des déchets, montre de grandes hésitations : recul sur le choix du site d'une future ISDND, rumeurs insistantes d'abandon de cette UTV, Plan de Prévention des Déchets en panne, ...

- Conscients de la nécessité d'une vision globale de la production, de la collecte et du traitement de ces déchets, les riverains dans le cadre de leurs associations s'organisent en collectif avec la volonté d'élaboration d'un programme alternatif de gestion des déchets.



Pour Europe Ecologie Les Verts 65, si d'aventure ce projet était ajourné, le Conseil général doit reprendre sa réflexion sur un nouveau PEDMA(Plan d'Elimination des Déchets Ménagers et Assimilés) qui aborderait la question à partir des principes suivants :

 

-Objectifs volontaristes et assumésde réduction des déchets à la source; qui passent, par exemple, par un encouragement et un soutien aux actions éducatives dans les collèges en ce sens

-Tri renforcé par la mise en place d'une collecte séparative des déchets fermentescibles, avec une tarification incitative;

-Installations locales de traitement des fermentescibles (compostage de qualité et méthanisation);

-Mise en place d'un réseau départemental de recycleries;

-Objectif progressif de zéro enfouissement et zéro incinération, avec mesures transitoires adaptées.

Le surcoût à court terme d'un tel programme de traitement des déchets ménagers évitera une dérive future des coûts si le Conseil Général refusait de mener cette politique volontariste.

Il nous semble que nos concitoyens seront aujourd'hui prêts à en payer le prix... à condition que leurs élus assument leur devoir d'explication des enjeux et de présentation d'objectifs ambitieux, qui les remettraient en phase avec des électeurs enfin traités en personnes responsables.

 

 

Publié dans département

Commenter cet article